climaologie

18 septembre 2007

. . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . 1 . 1 . 1 . . .
. . . . 1 . . . . . . . . . 1 . . . . 1 . . . . 1 . . .
. . . . . . 1 1 . . . . . . 1 . . . 1 1 . . . . . . . .
. . . . . . 1 1 1 . . . . . 1 . . . . . 1 1 . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . 1 . 1 . . . .
1 . . . . . 1 1 . . . . . 1 . . . 1 . 1 . 1 . . . . . .
. 1 . . . . 1 1 . . . . . . 1 . . . . . 1 1 . . . . 1 .
. . . . . . 1 1 . . . 1 . . . . . . . . . . . 1 1 . 1 .
. . . . . . . . . . . 1 . . . . . 1 . . . . . 1 . . 1 .
. . . 1 . . . . 1 . 1 . . . . . . . . . . 1 . 1 . 1 . .
1 . . 1 . . . . . . 1 . . . . . . 1 . . . 1 . 1 . 1 . .
1 1 . 1 . . . . . . . . . . . . . . 1 . . 1 . 1 . 1 . .
. 1 1 . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . 1 .
. . 1 . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 . . 1 .
. . 1 . . . . . . . . 1 . . . . . 1 . . . 1 1 1 . . . .
. . 1 . 1 . . . . 1 . . 1 . . . . . . . . 1 1 1 . . . .
. . . . . . . . . . 1 . . . 1 . . . . 1 . 1 1 1 1 . 1 .
. . 1 . 1 . . . . . . . . . 1 . . 1 . 1 . . . . 1 . 1 .
1 . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . 1 . . . . 1 . .
. 1 . . . . . . . . . . . . 1 1 . . . . 1 . . 1 . . . .
. . 1 . . . . . . 1 1 . . . . . 1 1 . 1 . . . 1 1 1 . .
. . 1 . . . . . 1 1 . . . . . 1 1 1 . 1 . 1 . 1 1 1 1 .
. . . 1 . . . . 1 1 1 1 . . . . 1 1 . . . 1 . 1 1 1 . .
1 . . . . . 1 1 . 1 . . . . . . . . 1 . . 1 1 1 . 1 1 .
. 1 1 . . . . . . 1 1 . . . 1 . . . . . . 1 1 1 1 1 . .
. . . . . . . . . 1 1 1 . . 1 . . . . . . 1 1 1 1 1 1 .
. . . . . . . . . . 1 1 . . . 1 . 1 1 . . 1 1 1 1 1 1 .
. . 1 . . 1 . . . 1 . 1 . . . . . 1 1 1 1 1 1 1 1 1 . .
. . . 1 . 1 . . . 1 . . . . . . . . 1 1 1 . . 1 1 1 . .
5 5 9 5 3 4 6 6 4 9 8 7 1 1 11 3 3 11 6 9 7 18 10 21 13 13 11 0 209
1 1 1 1 , , 1 1 , 1 1 1 , , 1 , , 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ,
, , , , , , , , , , , , , , 1 , , 1 , , , 1 1 1 1 1 1 ,
. . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . 1 . . 1 1 . . .
. . 1 . . . . . . . 1 . . . 1 . . . . . . . . 1 . . . .
. . . . . . 1 1 . 1 . . . . 1 . . . . . 1 . . . . . 1 .
. . 1 . . . . . . 1 . . . . 1 . . . . 1 1 1 1 . . 1 1 .
. . 1 . . . . . . 1 . . . . 1 . . . . 1 1 . . . 1 . 1 .
. . 1 . . . . . . . . 1 . . 1 . . . . 1 1 . . . 1 . . .
. . . . . . . . . . . 1 . . 1 . . . . 1 . 1 . . 1 . . .
1 . 1 . 1 1 . . . . . . . . 1 . . . 1 . . 1 . . . . . .
. 1 . . 1 1 . . . 1 . . . . . . 1 . 1 . 1 . . 1 . . 1 .
. . 1 . 1 . . . . 1 . . . . . . 1 . . . . . . 1 . . 1 .
. . 1 . 1 . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . 1 . . . .
. . 1 . 1 . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . 1 . . . .
. . 1 . . . . . . . . . . . 1 . . . . 1 . . . . . 1 . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . 1 . .
1 . . . . 1 . . . . . . . . . . . 1 1 . . . . 1 . 1 . .
1 1 . . . . . . . . 1 . . . 1 . . . . . . . . . . 1 . .
. 1 . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . 1 . . . 1 . .
. . . 1 . . 1 1 . 1 . . . . 1 . . . . . . . . 1 . 1 . .
. . 1 1 . . . . . 1 . 1 . . 1 . . . . . . . . 1 . . 1 .
. . . . 1 . . . . 1 . 1 . . 1 . . . 1 . 1 1 . 1 . . 1 .
. . 1 1 1 . . . . 1 . 1 . . 1 1 . . . . . . 1 1 1 . . .
. . 1 1 . . . . . 1 . 1 . . . . . . . . . . . 1 1 . . .
. . 1 1 . . . . . 1 . 1 1 . . . 1 . . . . . 1 1 1 1 . .
1 . . 1 1 . . . . 1 . 1 . . . . 1 . . . . . . 1 1 1 1 .
. 1 . 1 1 1 . . . . . . . . 1 . . . . . 1 1 . 1 . 1 1 .
. . 1 . . . . . . . . 1 . . . 1 1 . . . 1 . . 1 . 1 . .
. . 1 . . . . . . . 1 . . 1 . 1 1 . . . 1 . . 1 . . 1 .
. . 1 1 . 1 . . . . 1 . . . . . 1 . 1 1 . . . 1 1 . 1 .
. . 1 1 . 1 1 1 1 . 1 . . . . 1 . . . . 1 1 1 . 1 1 . .
. . . 1 1 1 . . 1 . 1 1 . . . . . . . . . . . . . . 1 .
. . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . 1 . . 1 .
5 5 18 11 10 7 4 4 3 13 7 12 1 3 17 4 7 3 6 7 12 10 6 21 12 14 15 0 237
1 1 1 1 1 1 , , , 1 1 1 , , 1 , 1 , 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ,
, , 1 1 1 , , , , 1 , 1 , , 1 , , , , , 1 1 , 1 1 1 1 ,
. . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1
1 . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . 1 1 . . . . 1
. 1 . . . . . . 1 . . . 1 . . . . . . . . 1 . . . . . .
. . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . 1 . . . . . . .
. . . . . . 1 1 . . . . 1 . . . . . . . 1 . 1 . . . . .
. . . 1 . . . . . . . 1 . . 1 . . . . . . . . . 1 . . .
. . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . . 1 1 . .
. . . . . . . . . . 1 1 . 1 . . . 1 . . . . . 1 1 1 . .
. . . . . . . . . 1 . . . 1 1 . . . . . . 1 . . . 1 . .
. . . . . . 1 1 1 1 . . 1 . 1 1 . 1 . . . 1 . . . . . .
. . . . . . 1 1 . 1 . . . . . 1 . 1 . . . . . 1 . . 1 1
. . . . . . 1 1 . . . . . . . . . . . . . . . 1 . . . .
. . . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . 1 . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . . . . 1 . . . .
. . . . . . . . . . 1 . . . 1 . . . . . . 1 . 1 . . . .
. . . . . . 1 1 . . 1 1 . . 1 . . . . . . 1 . 1 1 . . .
. . . . . . . . . . . 1 . . 1 . . . 1 . . . . . . 1 . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 . . . 1 . . .
. . 1 . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 1 . . 1 . . . .
. . . . . . . . 1 . . . . . . . . . . . 1 . . 1 . . . .
. . . . . . . . . . 1 . . . 1 . . . . . . . . 1 . . . .
. . . . . . . . . . . . . . 1 . . . . . 1 . . 1 1 . . .
. . . . . . . . . . . 1 . . 1 . . . . . 1 . . 1 1 . . .
. . . . . . . . . . . 1 . . 1 . . . . . 1 1 . . 1 1 . 1
. . . . . . . . . . . 1 1 1 1 . . . . 1 . 1 . . . . . 1
. . . . . . 1 1 . 1 . 1 1 . . . . . . 1 1 . . . . . . 1
. . . . . . . . . . . 1 1 . . . . . . . 1 . . . . . . 1
. . . . . . . . 1 . . 1 1 . . . 1 . . 1 . . . . . . 1 .
. . . . . . . . 1 . . 1 . . 1 . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . 1 1 . 1 . . . . . . 1 . . . . . .
1 1 1 1 0 0 6 6 6 6 4 13 10 3 14 2 1 3 2 5 11 9 2 11 8 5 3 7 141
, , , , , , 1 1 1 1 , 1 1 , 1 , , , , 1 1 1 , 1 1 1 , 1
, , , , , , , , , , , 1 1 , 1 , , , , , 1 , , 1 , , , ,

5 5 9 5 3 4 6 6 4 9 8 7 1 1 11 3 3 11 6 9 7 18 10 21 13 13 11 0 209
1 1 1 1 , , 1 1 , 1 1 1 , , 1 , , 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ,
, , , , , , , , , , , , , , 1 , , 1 , , , 1 1 1 1 1 1 ,
5 5 18 11 10 7 4 4 3 13 7 12 1 3 17 4 7 3 6 7 12 10 6 21 12 14 15 0 237
1 1 1 1 1 1 , , , 1 1 1 , , 1 , 1 , 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ,
, , 1 1 1 , , , , 1 , 1 , , 1 , , , , , 1 1 , 1 1 1 1 ,
1 1 1 1 0 0 6 6 6 6 4 13 10 3 14 2 1 3 2 5 11 9 2 11 8 5 3 7 141
, , , , , , 1 1 1 1 , 1 1 , 1 , , , , 1 1 1 , 1 1 1 , 1
, , , , , , , , , , , 1 1 , 1 , , , , , 1 , , 1 , , , ,
v-ch" v-ch"
vague de chaleure tout l'été 1994 ogmentation consucultife dans les année (2003 à 2007)

juin 1989 22à27
2001 23a29
2002 25a29
2003 8à13 21/06à 01-07,
2004 26/06à 01-07,
2005 22à31
juillet 1983 21à25
1984 8à12
1989 18à24
1991 19à24
1994 2à8
2003 18à28
2005 13à18
Aout 1991 24à31
1994 22à26
2003 20à24

Posté par jopiter à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 octobre 2006

Les activités humaines modifient-elles l'atmosphère ?

Le changement climatique est le résultat combiné de la variabilité interne du système climatique et de facteurs externes (naturels et anthropiques). Les émissions anthropiques modifient de façon considérable les concentrations de certains gaz dans l'atmosphère (voir le dossier historique à la Figure 2). Certains de ces gaz pourraient avoir des effets sur le climat en modifiant l'équilibre radiatif de la Terre mesuré en terme de forçage radiatif (voir les estimations à la Figure 3):

2.1.1. Les gaz à effet de serre, aux répercussions planétaires, ont tendance à réchauffer la surface terrestre en absorbant certains des rayons infrarouges qu'elle émet.

  • Le principal gaz à effet de serre anthropique est le dioxyde de carbone (CO2). Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone ont augmenté de 31% depuis 1750 à un niveau probablement7 jamais atteint au cours des 20 millions d'années précédentes. Cette augmentation est essentiellement due à la combustion de combustibles fossiles. Elle est également imputable aux modifications de l'utilisation des sols et plus particulièrement au déboisement. Plus...
  • Parmi les autres gaz à effet de serre anthropiques importants, on trouve le méthane (CH4) (augmentation de 151% depuis 1750, 1/3 du forçage radiatif du CO2), les hydrocarbures halogénés comme les CFCs et leurs substituts (100% anthropiques, 1/4 du forçage radiatif du CO2) et l'oxyde nitreux (N2O) (augmentation de 17% depuis 1750, 1/10 du forçage radiatif du CO2).

2.1.2Les aérosols anthropiques, aux répercussions régionales, ont une durée de vie courte dans l'atmosphère et ont tendance à refroidir la planète.

2.1.3. Il est estimé que les facteurs naturels comme la variabilité du rayonnement solaire et des éruptions volcaniques n'ont que peu contribué au forçage radiatif au cours du siècle dernier.

Posté par jopiter à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

2/Pourquoi ce changement climatique ?

2.1. Le climat varie et variera toujours pour des raisons naturelles. Toutefois, les activités humaines augmentent de façon considérable les concentrations atmosphériques de certains gaz, tels que les gaz à effet de serre (principalement le CO2), qui tendent à réchauffer la surface de la terre, et les aérosols anthropiques, qui tendent principalement à la refroidir. Plus...

2.2. Bien que des recherches plus approfondies soient nécessaires, la compréhension accrue des processus et des modèles climatiques (Plus...) a permis au GIEC de tirer la conclusion suivante:

2.3. Il est probable7 que l'essentiel du réchauffement observé au cours des 50 dernières années soit imputable aux activités humaines. Plus...

 

Posté par jopiter à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

changement climatique:

1. Le climat a-t-il changé au cours du 20ème siècle ?

Effectivement, de nombreuses observations indiquent que le climat de la planète a changé au cours du 20ème siècle:

1.1. La température moyenne à la surface de la planète s'est élevée d'environ 0,6°C.
La couverture neigeuse et les étendues glaciaires se sont réduites.
Le niveau de la mer s'est élevé de 10 à 20 cm.
Plus...

1.2. D'autres changements importants ont été observés concernant les précipitations, la nébulosité et les températures extrêmes. Plus...

1.3. Certains aspects importants du climat semblent ne PAS avoir changé comme l'étendue de la glace de mer dans l'Antarctique ou des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les tempêtes, les tornades, les orages ou les chutes de grêle. Plus...

Posté par jopiter à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

la pluie en Algerie 2005

Les précipitations
Nombre de jours de pluie dans le mois

9

6

5

5

3

1

0

0

2

6

6

9

jan fév mar avr mai jun jul aoû sep oct nov déc

Posté par jopiter à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

la pluie

La pluie

Consultez aussi les tableaux de précipitations

OBSERVATIONS

rond.gif (896 octets)  La pluie est une précipitation sous forme de gouttes d'eau. On en observe de différentes forces, allant de la simple humidité (le plus souvent liée au brouillard) à la bruine (gouttes de faible diamètre et vitesse de chute lente) et enfin à l'ondée. Les orages sont accompagnés  d'averses ou pluies torrentielles on dit qu'il pleut à verse Dans ce dernier cas, les gouttes sont très grosses et la pluie est forte. Les averses sont très abondantes et il peut parfois tomber une grande quantité d'eau en très peu de temps. Lors des années froides, principalement dans les intersaisons de l'automne et du printemps, la pluie a tendance à geler au sol, ce qui donne du verglas.

pluie2.jpg (46519 octets)

PHYSIQUE

  rond.gif (896 octets) L'air contient de la vapeur d'eau qui se condense quand il se refroidit. On sait, en outre, que l'air peut seulement contenir une quantité donnée de vapeur d'eau pour une température déterminée. Ainsi, un mètre cube d'air à 20 °C contient 17,3 g de vapeur d'eau et à 0 °C seulement 4,8 g.

La vapeur d'eau, une fois condensée, " tombe " des nuages sous forme de précipitations, notamment de pluie (il lui arrive alors de s'évaporer avant d'atteindre le sol).

Il est donc capital, pour que des précipitations aient lieu, que les gouttes d'eau ou les cristaux de glace des nuages deviennent suffisamment gros et lourds pour tomber. Cette croissance est particulièrement influencée par les mouvements ascendants et descendants, ainsi que par la charge électrique se manifestant dans les nuages. Une goutte de pluie d'un diamètre de quelques millimètres est donc constituée par un million de gouttelettes plus petites.

La hauteur de pluie est la quantité, mesurée verticalement, de pluie tombée en un temps donné (en millimètres par jour, par mois ou par an, ou en litres par mètre carré). Est considérée comme " journée de pluie " celle où il est tombé au moins 0,1 mm de précipitations.

   

MÉTÉOROLOGIE

rond.gif (896 octets) Lorsque de l'air chaud arrive dans une zone d'air froid stationnaire, il se forme des stratus apportant avec eux la pluie. C'est par exemple le cas quand de l'air marin humide pénètre par l'ouest sur l'Europe. C'est également le cas lorsque de l'air froid, se mélangeant avec de l'air chaud stationnaire, provoque la formation de nuages abondants (cumulus) suivis d'averses. Cette arrivée d'air froid peut se faire non seulement par l'ouest, mais aussi par le nord (perturbations venant du nord).

 

Si le refroidissement est important, la pluie se transforme en neige. Quant aux orages de chaleur, lis s'accompagnent de fortes averses. Les " conditions orographiques " (existence de relief provoquent des pluies durant plusieurs jours (notamment dans les Alpes, le Massif central, les Vosges et le jura), quand les nuages sont arrêtés par les montagnes (pluies orographiques ou de reliefs).

 

Les pluies orographiques se déversent surtout du côté des reliefs qu'elles atteignent en premier, l'autre versant étant quelque peu épargné, en raison de l'effet de barrière des dénivellations (c'est le cas pour la Norvège, où les côtes occidentales sont très arrosées, alors que le sud du pays reçoit peu de précipitations).                  

PRÉVISIONS

rond.gif (896 octets)  Plus une pluie est forte, plus les gouttes sont grosses et l'averse brève. Les nuages bas et traînants, faisant suite à une pluie persistante, n'annoncent aucune modification du temps; l'air arrivant ensuite est humide et froid et empêche donc les nuages de se dissiper.

Type de gouttes de pluie    Diamètre des gouttes       Vitesse de chute
Humidité du brouillard    0,006 à 0.06 mm 0,10 à 20 cm par s
Bruine 0,06 à 0,6 mm 20 à 100 cm pars
Ondée 1 à 3 mm 150 à 400 cm par s
Averse     4 à 6 mm     500 à 800 cm par s

Posté par jopiter à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]